mardi, 12 juin 2018 13:49

Pierre Santini

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:45

Arnaud Sadowski

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:38

Daniel Prévost

Daniel Prévost est un comédien et humoriste français. Il débute assez tôt à la télévision, dans les années 1960 chez Jean-Christophe Averty (Les Raisins verts, Douches écossaises), dans Les Saintes chéries, une série avec Daniel Gélin et dans les sketches de La Caméra invisible. En même temps, il débute au cinéma sous la direction de Gérard Pirès, Michel Audiard et Jean Yanne avec un rôle remarqué dans Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.
Sa popularité s'accentue avec ses chroniques dans Le Petit Rapporteur (1975 - 1976) de Jacques Martin (une émission comique où va également percer Pierre Desproges). Un des reportages les plus connus fut celui que Daniel fit sur le village de Montcuq, avec Pierre Bonte. Il se fait remarquer par le grand public par son humour grinçant. Il devient célèbre aussi par les sketches loufoques écrits par Gébé et Roland Topor pour Merci Bernard(1980) de Jean-Michel Ribes.
Il anime brièvement Anagram un jeu télévisé sur TF1 de septembre à décembre 1985.
On le voit ensuite dans d'importants seconds rôles, notamment dans Uranus, en Rochard, cheminot communiste pleutre, souffre-douleur de Gérard Depardieu, Le Dîner de cons, comédie qui a eu un gros succès commercial et pour lequel il obtient le César du meilleur second rôle en jouant Cheval, le contrôleur des impôts et La Vérité si je mens ! 2, en directeur de supermarché qui tire le maximum de ses fournisseurs et finit par se faire rouler.
Il participe à des projets potaches comme La Nuit de l'invasion des nains de jardin venus de l'espace. De plus, en 1999, il présente pendant plusieurs mois La Grosse émissionsur la chaîne Comédie !. Il alterne sa carrière au cinéma avec des one-man shows de spectacles comiques.
En 2006, dans René Bousquet ou le grand arrangement de Laurent Heynemann, puis en 2007 dans le téléfilm Monsieur Joseph d'Olivier Langlois, il laisse apparaître un registre dramatique qu'on ne lui connaissait pas encore. Pour sa performance, il reçoit le prix de la meilleure interprétation masculine au Festival de la fiction TV de La Rochelle 2007.
L'année 2009 est marquée par la sortie de plusieurs long-métrages attestant de son importance au sein du cinéma français : il tourne sous la direction de Francis Huster dans le drame Un homme et son chien, aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Mais il tient aussi des seconds rôles dans des grosses productions, adaptations de l'œuvre de René Goscinny : il incarne M. Moucheboum dans Le Petit Nicolas, de Laurent Tirard, et incarne un Pat Poker redoutable dans Lucky Luke, de James Huth.
En 2010, il est la tête d'affiche d'une autre adaptation de bande dessinée, le drame indépendant Les Petits Ruisseaux, écrit et réalisé par Pascal Rabaté.
Lors de l'émission La Traversée du miroir sur France 5 du 26 février 2012, il a déclaré avoir la double nationalité française et algérienne.
En 2013, il fait partie de la distribution réunie par Frédéric Berthe pour la comédie Les Invincibles. Et en 2014, Pascal Rabaté lui confie un second rôle dans son prochain film Du goudron et des plumes, porté par Sami Bouajila et Isabelle Carré.
La même année, il revient dans le costume de M. Moucheboume pour la suite Les vacances du Petit Nicolas, toujours sous la direction de Laurent Tirard.
En 2017, il a été filmé par Gérard Courant pour son anthologie cinématographique Cinématon. Il est le numéro 2993 de cette collection.

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:33

Joffrey Platel

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:30

Louis-Karim Nebati

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:21

Bernard Menez

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:17

Denis Malleval

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:11

Jalil Lespert

Jalil Lespert commence par des études de droit, non par vocation mais pour faire plaisir à sa mère juriste. Son premier rôle au cinéma découla donc d'un pur hasard. C'est en accompagnant son père, acteur de théâtre, au casting de Jeux De Plage, le court métrage de Laurent Cantet, que Jalil se fait remarquer par le réalisateur. Père et fils sont engagés pour jouer… un père et son fils ! Encouragé par ce premier rôle, Jalil Lespert abandonne ses études de droit. Il tourne dans deux autres films de Laurent Cantet, Les Sanguinaires en 1997 et Ressources Humaines en 1999, dont c'est le premier long métrage. La particularité de ce film tient au fait que Jalil est le seul acteur professionnel de la distribution ! Une prestation qui lui vaut le César du meilleur espoir masculin, et la reconnaissance publique.

Jalil Lespert enchaîne alors les films : Nos Vies Heureuses, le film fleuve de Jacques Maillot, Un Dérangement Considérable, Sade de Benoît Jacquot… Devenu le jeune premier le plus en vue de sa génération, Jalil Lespert a une prédilection pour les rôles de composition, à la fois sensibles et extrêmes. Jamais deux fois le même à l'écran, il incarne en 2003 un culturiste paumé et obsédé par ses muscles dans Vivre Me Tue de Jean-Pierre Sinapi. La même année, Alain Resnais lui confie un rôle dans Pas Sur La Bouche, où il incarne un gigolo !

Son talent confirmé, Jalil Lespert joue dans Le Promeneur Du Champ De Mars, un rôle de journaliste inspiré par Jean-Marc Benamou, avant de s'adonner au production plus « grand public ». En 2005, il est en effet à l'affiche de deux films coup de poing : Virgil, du jeune cinéaste Mabrouk el Mechri, dans lequel il incarne un ex-boxeur de retour sur le ring, et Le Petit Lieutenant de Xavier Beauvois où on le retrouve en jeune flic. En 2006, il joue dans Ne Le Dis À Personne de Guillaume Canet, et le film de Robert Guédiguian, Le Voyage En Arménie.

En 2007, il passe derrière la caméra pour réaliser 24 Mesures avec Benoît Magimel et Sami Bouajila, avant de s'imposer dans la série originale de Hervé Hadmar Pigalle La Nuit en 2009. L'année suivante, Jalil Lespert participe à la comédie dramatique de Karine Silla Un Baiser Papillon.

2011 marque un tournant dans la carrière de Jalil Lespert, puisqu'il passe pour la première fois derrière la caméra pour adapter le roman d'Olivier Adam Des Vents Contraires et dirige ainsi Audrey Tautou et Benoît Magimel. Il apparaît aussi dans Love And Bruises de Lou Ye, avec Tahar Rahim.

En 2013, Jalil Lespert est à l'affiche de Landes aux côtés de Miou-miou et Marie Gillain puis il retourne derrière la caméra et s'attaque à une icône de la haute couture en réalisant le biopic Yves Saint Laurent pour lequel il dirige Pierre Niney et Guillaume Galliennne dans les rôles de Saint Laurent et de Pierre Bergé. Le film reçoit d'ailleurs sept nominations lors de la 40ème Cérémonie Des César 2015.

L'année suivante, il tient le premier rôle du puissant «De Guerre Lasse» d'Olivier Panchot.

En 2015, il est à l'affiche du film «Premiers Crus», en 2016 : «Iris» de Jalil Lespert et en 2017 : «Orpheline» d'Arnaud des Pallières et «Une femme heureuse» de Dominic Savage...

Copyright : http://www.commeaucinema.com/personne/jalil-lespert,15894

 

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 13:03

Philippe Lellouche

Publié dans Invités
mardi, 12 juin 2018 12:58

Bernard Le Coq

Bernard Le Coq est un acteur français, né le 25 septembre 1950 à Le Blanc (Indre).

Il débute au cinéma dès 1967 et obtient très vite un premier rôle dès 1969 dans Du soleil plein les yeux de Michel Boisrond. Depuis la fin des années 1970, il va surtout se consacrer à la télévision. Il est au générique de nombreux téléfillms et séries télévisées, notamment Une famille formidable, Les Grandes Marées, Le Destin des Steenfort...

Publié dans Invités