Hippolyte Girardot

Évaluer cet élément
(7 Votes)

Hippolyte Girardot débute au cinéma, grâce à une amie de sa mère, Yannick Bellon, dans le rôle du fils de Claude Rich dans «La Femme De Jean», mais cette expérience ne le décide pas à envisager une carrière d’acteur. Il retrouve pourtant la réalisatrice pour «L'Amour Nu». Il prend réellement goût au métier sur les tournages du «Le Destin De Juliette» d’Aline Isserman (il la retrouvera d’ailleurs pour «L'Amant Magnifique», qui lui offre une certaine reconnaissance dans le métier) et de «Prénom Carmen» de Jean-Luc Godard. En 1985, il obtient une nomination au César de meilleur acteur pour son interprétation dans le «Le Bon Plaisir». Il se fait également remarquer dans le rôle de l’instituteur éperdu dans «Manon Des Sources» de Claude Berri. C’est en 1990, qu’il atteint son apogée dans «Un Monde Sans Pitie» d’Eric Rochant . L’année suivante, il joue un photographe, otage au Liban dans «Hors La Vie». C’est alors qu’il poursuit sa carrière dans la veine comique, «Confessions D'Un Barjo, Vive La République !».

En 2003, Hippolyte Girardot revient sur les écrans avec la fresque familiale «Le Tango Des Rashevski», puis sous la houlette d’Arnaud Desplechin, il incarne un homme d’affaire dans Léo En Jouant «Dans La Compagnie Des Hommes» et un avocat crapuleux dans «Rois Et Reine».

2006 est une année vaste pour Hippolyte Girardot, la poétique série de courts-métrages «Paris, Je T'Aime», clin d’œil de «Paris Vu Par...» du groupe de la Nouvelle Vague, lui offre un rôle. Il poursuit dans «Le Pressentiment», mais aussi dans «Un An» de Laurent Boulanger et «Incontrôlable». Par la suite, il donne la réplique à Valérie Lemercier, Thierry Lhermitte et Daniel Auteuil dans la comédie de Laurent Bouhnik «L'Invité» avant d'enchaîner avec Elodie Bouchez, Nicole Garcia et André Dussolier dans la comédie dramatique d'Eric de Montalier, «Ma Place Au Soleil».

Deux ans plus tard, Bruno Podalydès le fait jouer dans «Bancs Publics (versailles Rive Droite)» avant de devenir Paul-Vincent, un homme qui a la trouille des femmes dans la comédie de Nathalie Donnini «Où Avais-je La Tête» ?.

Pour quelqu’un qui ne se voyait pas avoir de carrière au cinéma, on peut dire que c’est un peu raté. Car Hippolyte Girardot ne chôme pas. Il participe à pas moins de 7 films en 2008, dont «Plus Tard, Tu Comprendras» d’Amos Gitai aux côtés de Jeanne Moreau. Rapidement après, il passe derrière la caméra avec Nobuhiro Suwa pour «Yuki Et Nina» dont il est le co-scénariste.

En 2010, il joue dans «Dernier Étage, Gauche, Gauche, La Lisière, Les Mains En L'Air» et dans plusieurs téléfilms. On le voit ensuite dans «La Conquête» avec Denis Podalydès puis dans «Vous N'Avez Encore Rien Vu» d'Alain Resnais, présenté en compétition officielle au Festival de Cannes. Il prête aussi sa voix pour le film d'animation «Qui Voilà ?» dont il est le narrateur. L'année suivante, Hippolyte Girardot participe à la comédie culinaire «Les Saveurs Du Palais» avec Catherine Frot; il joue également dans «A Coeur Ouvert» avec Juliette Binoche et «Le Capital» de Costa-gavras. Côté télé, il est au casting du téléfilm «La Chartreuse De Parme» d'après Stendhal.

En 2014, Hippolyte Girardot fait partie du dernier film réalisé par Alain Resnais avant son décès, «Aimer, Boire Et Chanter». Il enchaîne ensuite avec le film pour enfants, «Benoît Brisefer : Les Taxis Rouge»s adapté de Peyo.

Copyright : http://www.commeaucinema.com/personne/hippolyte-girardot,16169

 

Lu 1438 fois
Plus dans cette catégorie : « Thomas Gilou Gérard Hernandez »